Des techniques du bronze ancien à l’imprimante 3D – quelles connections ?

Un archéologue dans un coin sombre faisant des manipulations d’un autre âge pour un reportage soporifique ? Creusez un peu plus au fonds des choses. Vous y verrez une véritable approche globale dans la résolution des contraintes tout au long de la chaîne opératoire.

Chaque matériau et chaque technique, reproduits à partir des résultats des études archéologiques, ont été affinés tout au long de la période étudiée. Sans sonde de température, de matériel de calibrage ou encore d’outils numériques, « le fondeur » dispose d’un ensemble de données issues directement de ses propres sens.  Le son et la couleur sont ses principaux repères. Sa maîtrise du geste et surtout la compréhension de la matière et de ses transformations permettent d’atteindre des précisions de reproduction de l’ordre du 10e de millimètre.

La simplicité des moyens utilisés sont à l’opposé des techniques métallurgiques d’aujourd’hui et pourtant tout y est…

A l’heure du Do-It-Yourself, imaginez ce que donnerait le couplage de ces techniques avec l’impression 3D de masters en cire. Le prototypage métallique enfin accessible !

Cette technique a déjà été explorée pour l’aluminium comme le montre cet exemple de recombinaison technique du moulage au sable avec l’impression 3D.

XB7A0273

Ne croyez cependant pas que le travail du bronze soit aussi simple qu’il n’y parait. Seule la connaissance approfondie des gestes et de la matière doublée d’une longue pratique permet d’atteindre la maitrise de ces techniques.

Alors si vous voulez vous lancer, rapprochez-vous des archéologues !

3D printing: Making the engineer like a new kind of potter… / L’impression 3D: Faire de l’ingénieur un nouveau type de potier …

While working, the carver or the machinist frees the object already contained in the raw material. The emerging sculpture or piece is rid of surplus material by each stroke of the tool. That’s the way hard objects have always been carved.

A new way of manufacturing may change our way of thinking: the 3D printer. Like the potter’s work, material is not removed from the draft but added layer by layer to create a three-dimensional object.

The innovation embedded in the process is that not only malleable and fragile materials such as clay, not suitable for dynamic uses, will benefit from the added layers technology but also high performances materials such as plastics, resins, nylon or even metal.

The 3D printing enables engineers and designer to deal with new kinds of complex shapes in order to solve problems. Patterns and structures, previously hard to create with traditional manufacturing techniques, will be really easy to build. That’s the case with the 3D printed drone (see the videos below) in which the geodesic structure, copied from the Vickers Wellington Bomber, is directly embedded into the aircraft’s skin for an improved strength.

The ball bearings of the nylon printed prototype bike shown in the video below are another example of this breakthrough innovation. The balls are not added after the creation of the parts but simultaneously printed layer by layer in one shot.

Engineers and designers will have to learn a totally new way of conceiving objects adapted to the new possibilities of the 3D printing processes.


Source: http://samoa288.canalblog.com/albums/tutoriel_/index.html

En travaillant, le sculpteur ou le fraiseur libère l’objet déjà contenu dans la matière première. La sculpture, ou la pièce émergente, est débarrassée du surplus de matière par chaque action de l’outil. C’est toujours de cette façon que les objets durs ont été sculptés.
Un nouveau mode de fabrication peut changer notre façon de penser: l’impression 3D. Comme le travail du potier, la matière n’est pas retirée mais  ajoutée, couche par couche, pour créer un objet en trois dimensions.

Non seulement des matériaux malléables et fragiles comme l’argile, non adaptés à des utilisations dynamiques, bénéficieront de cette technologie, mais aussi des matériaux de hautes performances tels que les plastiques, les résines, le nylon ou même le métal.

L’impression 3D permet aux ingénieurs et designers de créer de nouvelles formes complexes pour résoudre les problèmes. Des structures, qui étaient auparavant difficiles à réaliser avec les techniques de fabrication traditionnelles, ne seront plus qu’un jeu d’enfant à construire.

C’est le cas du drone imprimé en 3D (voir la vidéo ci-dessus) dans lequel la structure géodésique, copiée à partir du bombardier Vickers Wellington, est directement intégrée dans la peau de l’avion pour une meilleure résistance.
Les roulements à billes du prototype de vélo imprimé en nylon  visible dans la vidéo ci-dessus, est un autre exemple de cette innovation de rupture. Les billes ne sont pas ajoutées après la création des pièces, mais au même moment ; les différentes pièces étant imprimées tout en même temps.

Les ingénieurs et les designers devront apprendre à concevoir d’une manière totalement nouvelle des objets adaptés aux nouvelles possibilités des procédés d’impression 3D.