A quand la voiture électrique ? Retour vers le futur !

video INA

http://www.ina.fr/economie-et-societe/environnement-et-urbanisme/video/CAF86014983/a-quand-la-voiture-electrique.fr.html

Pour ce premier article de l’année, je vous propose, avec un petit parfum suranné des années 60, ce panorama historique de la voiture électrique. Ce serpent de mer, qui a périodiquement sombré dans l’oubli avant de revenir dans le feu des projecteurs (électriques bien-sûr), nous offre bien des visages.

De la technologie aux usages, de la pile à combustible à l’autolib’, beaucoup d’éléments « innnovants » d’aujourd’hui y sont déjà présents. Et si la grande idée de demain avait déjà été formulée quelque part… il est peut-être temps de se mettre à chercher.

Moteur diesel et huile végétale : Un retour aux sources ?

Juste bon pour les tracteurs et les camions dans les années 1980, devenu tendance depuis quelques années et maintenant vu comme un vecteur de mort avec ses microparticules, le moteur diesel est  aujourd’hui sur la sellette.

Il est pourtant au cœur d’une petite révolution:
Des agriculteurs, des particuliers mais aussi des collectivités ont passé le cap de rouler à l’huile végétale pure.

De l’huile directement dans les cylindres, l’idée parait osée et pourtant elle n’est pas neuve. Pour l’Exposition universelle de 1900, Rudolf Diesel a présenté un moteur d’une quinzaine de kW fonctionnant non pas à l’huile lourde (produit peu raffiné de l’extraction pétrolière) mais bien à l’huile végétale brute d’arachide. La technologie a évolué mais le principe de l’auto-allumage par pression reste le même et permet cette ouverture en dépit de la complexification de la mécanique et de l’électronique embarquées à bord de nos véhicules.

Le rêve du carburant renouvelable en circuit court enfin accessible ?

Imaginez faire le plein chez l’agriculteur le plus proche. L’idée semble bonne en dépit de quelques ombres au tableau.

Ceux qui ont fait le choix de l’huile végétale (en mélange ou à 100%) le font en toute illégalité
Pris entre le marteau et l’enclume, l’usager est encouragé par l’Europe tout en étant dans le collimateur de l’Etat français qui ne voit pas d’un bon œil cet échappatoire à la TIPP. Le problème fiscal est le frein majeur du développement de ce carburant moins polluant et surtout ne nécessitant aucune transformation contrairement aux carburants estérifiés.

C’est également un agro carburant et la question de la concurrence avec les surfaces cultivables vivrières reste pleine et entière surtout à grande échelle

Malgré ces obstacles, ils sont de plus en plus nombreux à venir à une solution atypique qui certes ne sera pas la panacée mais pourra apporter une réponse partielle à la nécessaire mutation énergétique.

Voici un reportage complet sur cette tendance controversée, réalisé par François-Marie Lelay avec la participation de l’association Oliomobile.org (http://www.oliomobile.org) :