Quand une imprimante rencontre un pavé…

Petite question de génétique de l’innovation : A quoi peut ressembler le produit de la rencontre d’une imprimante et d’une rue pavée ?

Réponse : Un monstre de métal à la précision d’une dentelière, la machine hollandaise Tiger Stone.

 tigerstone-4

Tout comme une imprimante, un ensemble de rouleaux amènent le produit fini à se déposer délicatement sur le sol alors que comme une tête d’impression, les ouvriers déposent les pavés différenciés sur une ligne créant ainsi les motifs.

Le pavage classique est ainsi rendu plus facile, notamment pour les ouvriers dont les conditions de travail sont grandement améliorées. La machine est composée de peu de pièces mobiles réduisant ainsi le bruit, les vibrations et la maintenance. Des capteurs intégrés lui permettent de suivre la trajectoire prévue même dans les courbes. Elle pourrait paver jusqu’à 300m2 de route en un jour avec seulement deux opérateurs.

La machine, à l’image des métiers à tisser jacquard, peut être utilisée pour créer des motifs répétitifs ou uniques au cours du pavage. Alors que les pictogrammes de signalisation  sont directement intégrés à la route, avec un peu de pratique et de style, pourquoi ne pas imaginer de véritables décors aux entrées de villes. Un simple patron ligne par ligne suffirait…

864525-typical-portuguese-mosaic-ground-paving--estoril

Alors si vous voulez vous lancer dans l’impression de routes pavées, il ne suffit que de 80000 $.

Une réflexion sur “Quand une imprimante rencontre un pavé…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s