A new target for the hit-and-miss engine/ Une nouvelle cible pour le moteur « hit-and-miss. »

What if a vintage stationary engine could be the first step toward a better fuel efficiency to power our houses?

What am I talking about? The legendary hit-and-miss (or make-and-break) flywheel type engine. At the beginning of the twentieth century, these engines were common in every place where mechanical power was needed: workshops, farms, small fishing boats…  The simplest way to recognize a hit-and-miss engine is by listening to the distinctive, non regular and alternative sound of it: « POP whoosh whoosh whoosh whoosh POP… »

 Modern internal combustion engines are controlled by throttling the flow of the air through the intake by means of a butterfly valve which is nowadays usually electronically driven. When the hit-and-miss engines were designed, no such technology was available. The only way to control the speed of the engine was to regularly cut off the ignition system to prevent the fuel/air mix from burning. The exhaust valve was maintained open to avoid any compression in the cylinder which would have slowed the engine. The massive flywheel was intended to maintain the speed during the non ignited cycles by transforming the stored kinetic energy into mechanical power.

Comparing this type of engine with modern combustion engine is nonsense. It’s like comparing the WWI airplanes with the latest Airbus. However, the switching-off system of the hit-and-miss engine may be a source of inspiration to reduce the consumption of future generators.

As we need to learn again how to deal with other kinds of energy, stationary engines, running on carbon free fuels like Hydrogen, may be a part of the solution to power our houses and workshops

Why not combining the efficiency of modern internal combustion engine with the usefulness of the couple flywheel/non-constant ignition system in a new kind of power source? The Hit-and-miss systems were not designed to save fuel but only to control the speed of the engine.  A fuel cutting system can be integrated to the all system, as it already exists in the automotive technologies, saving fuel during each non fired cycle.

Creating a new kind of engine, including the best from the past and the present, we may give birth to a new era for the simple stationary engines allowing us to control our own electricity production while being gently lulled by the melodious sound of the whoosh whoosh POP song.

 Source : http://engineutopia.wordpress.com

 

Et si un ancien moteur stationnaire devenait la première étape vers une meilleure efficacité énergétique pour nos maisons?

De quoi parle-t-on? Du légendaire moteur « hit-and-miss » (ou make-and-break), à cycles d’allumage intermittents. Au début du XXe siècle, ces moteurs étaient communs là où la puissance mécanique était nécessaire: dans les ateliers, les fermes, les petits bateaux de pêche … La plus simple façon de reconnaître un moteur « hit-and-miss » est d’écouter son rythme chaloupé: « whoosh POP whoosh whoosh whoosh POP … »

Les moteurs modernes à combustion interne sont commandés par la régulation du débit d’air à l’admission au moyen d’une vanne papillon, aujourd‘hui généralement piloté par de l’électronique. Lorsque les moteurs « hit-and-miss » ont été conçus cette technologie n’était pas disponible. La seule façon de contrôler la vitesse du moteur était de régulièrement couper le système d’allumage pour éviter la combustion du mélange carburant / air ; la soupape d’échappement étant maintenue ouverte pour éviter toute compression dans le cylindre qui aurait pour effet de ralentir le moteur. La masse du volant était destinée à maintenir la vitesse au cours des cycles non allumés par la transformation, en énergie mécanique, de l’énergie cinétique stockée.
Comparer ce type de moteur avec moteur à combustion interne actuel n’a pas de sens. Cela revient à  comparer les avions de la Première Guerre mondiale avec le dernier Airbus. Cependant, le système de commutation d’allumage du moteur « hit-and-miss » peut être une source d’inspiration pour réduire la consommation de futurs générateurs.

Alors que nous devons réapprendre à utiliser d’autres sources d’énergie, les moteurs stationnaires, fonctionnant avec des carburants sans carbone comme l’hydrogène, pourrait faire partie des solutions pour alimenter nos maisons ou des bâtiments industriels.

Pourquoi ne pas combiner l’efficacité du moteur moderne à combustion interne et l’utilité du couple volant / système d’allumage intermittent dans un nouveau type de source d’énergie? Les systèmes « hit-and-miss » n’ont pas été conçus pour économiser du carburant, mais seulement pour contrôler la vitesse du moteur. Un système de fermeture de l’arrivée du carburant pourrait-être intégré au système, comme cela existe déjà dans les technologies automobiles, permettant ainsi des économies lors des cycles sans allumage.

En créant un nouveau type de moteur, mêlant le meilleur du passé et du présent, nous pouvons donner naissance à une nouvelle ère pour les moteurs stationnaires simples nous permettant de contrôler notre production d’électricité, tout en étant bercés par leur chant mélodieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s